Lunaison du 23 janvier 2012

Une lunaison se fait aujourd’hui sur le 3ème degré du Verseau, dont le degré sabian nous indique :  « Un marin déserte son cuirassé » … est-ce un clin d’œil au drame récent qui s’est passé près de l’île du Giglio   ?
Rudhyar ajoute : « L’individu refusant de s’identifier au destin collectif de sa communauté ».

Une lunaison où l’Air domine  (importance de la communication, des idées et des échanges), et qui nous fera vivre 3 aspects importants :
* la rétrogradation de Mars dès le 24 janvier,
* l’entrée de Neptune en Poissons le 3 février,
* et la rétrogradation de Saturne qui démarre le 6 février.

 

 

Ce qui frappe dans cette carte de lunaison, c’est le T-Carré qui fait de la conjonction Soleil/Lune le point apex  du triangle dissonant basé sur l’opposition Jupiter/Saturne.

Une lunaison au carré étroit de Jupiter au tout début du Taureau. Or Jupiter dissonant en Taureau exacerbe notre désir d’en avoir toujours plus, par peur de manquer souvent, tant du point de vue affectif que matériel.
L’autre carré à Saturne est appelé carré dissocié, puisque carré hors signe  (Saturne est encore sur le dernier degré de la Balance) : ici les planètes se lancent un défi, mais pas les signes ! Dans le cas présent, c’est un peu comme si le Soleil et la Lune pensaient que les choses allaient s’arranger grâce à des efforts tenaces. Mais, au lieu de s’attendre à une solution « miracle », n’aurait-on pas intérêt à mieux utiliser l’influence du trigone entre les signes (Verseau/Balance) pour accroître les idées créatrices qui permettraient de résoudre les conflits, en cultivant, Saturne oblige, la discipline et le contrôle de soi ?

Saturne rétrogradant, il va rester encore quelques mois dans le signe du compromis, la Balance. Jupiter ayant, lui, repris sa marche directe en Taureau, l’opposition entre les deux planètes sociales est terminée pour cette fois, et les planètes se dirigent vers le quinconce décroissant, moment de choix pour s’adapter à la réalité.
Une opposition qui a commencé en mai 2010, il y a bientôt deux ans. Et qui nous aura confrontés au douloureux constat de l’effondrement d’un système qui devait garantir à tous sécurité et paix sociale.
Dans l’idéal, l’opposition débouche sur une prise de conscience de la source du problème. Or la conjonction initiale s’est faite en mai 2000, dans le signe de Terre par excellence, le Taureau !
Peut-on imaginer :
* pour les uns, une volonté constante de croissance et de consommation, qui a débouché sur cette  recherche éperdue du profit plutôt qu’une qualité de vie ?
* pour les autres, un « chacun pour soi » dû souvent à une vie rendue de plus en plus précaire, qui s’est  transformé en un manque de solidarité et un isolement qui a fini par confiner à un égoïsme profond ?

La prochaine conjonction Jupiter Saturne aura lieu en décembre 2020 au tout début du Verseau, un signe qui aime œuvrer pour le bien collectif  et porte en lui un idéal de solidarité planétaire …


Dans cette carte de lunaison, également, un joli sextile décroissant relie la conjonction Soleil/Lune à Uranus au tout début du Bélier.
Le sextile décroissant porte en lui une énergie de communication et d’échange : importance de cette lunaison Verseau (certes chargée d’utopie et d’idéalisme) qui porte en elle le germe de nouvelles idées sur le thème  « qu’est-ce qui est vraiment essentiel pour nous ? ».


Cette lunaison commence donc avec la rétrogradation de Mars en Vierge, le 24 janvier.
Vous trouverez sur le blog les trois Billets que j’ai écrits sur cette rétrogradation

Il est bon de rappeler que cette rétrogradation se fait tous les deux ans et deux mois : on s’aperçoit, bien malgré soi, du décalage important qui existe entre ce que l’on veut faire et les opportunités qui se présentent.
Le déroulement classique du cycle Soleil/mars
— à partir du trigone du 12 janvier (on a eu envie d’exprimer quelque chose qui a été initialisé à la conjonction)
— puis du sesqui-carré du 28 janvier (comme une mise à l’épreuve pour surmonter l’obstacle ou la peur de faire)
— enfin du quinconce du 10 février (pour faire la mise  au point)
nous amène à l’opposition du 3 mars et à sa pleine réalisation créatrice.

Et pour nous aider  … la rétrogradation est ce moment privilégié qui nous permet de réfléchir et de nous poser les bonnes questions :
* Pourquoi tant d’actes manqués ?
* Pourquoi ces ratés ?
* Pourquoi est-il si difficile d’avancer ?
* Serait-ce les interdits que l’on se donne inconsciemment ?
* Et pourquoi cette soudaine colère devant notre impuissance ?
* Mais a-t-on suffisamment réfléchi sur nos désirs d’action ?
* Et s’il s’agissait d’une décision trop hâtive ?
* En fait, que veut-on réellement ?
* Ne faudrait-il pas reconsidérer nos projets ?
Nous avons ainsi tout le temps de la rétrogradation pour nous interroger, pour prendre du recul, pour mûrir nos désirs d’actions et surmonter cette impression de se sentir impuissant, face à un blocage qu’on ne s’explique pas toujours.
De plus, placé dans le signe de la Vierge qui aime trier, mettre de l’ordre, ranger, purifier, Mars nous aide à devenir plus efficace, éventuellement à préparer notre prochain mode de vie.
Et le trigone exact à Mercure en Capricorne, le jour de la Lunaison, ne peut que nous aider à nous mettre sur les rails du raisonnement sérieux, allié au sens pratique.

 

Autre temps fort de cette lunaison : l’opposition Vénus / Mars du 1er février : là encore, il convient de comprendre l’ensemble du cycle.
Rudhyar nous explique qu’un nouveau cycle Vénus/Mars se fait tous les 2 ans. Et que ce nouveau cycle se fait tous les 32 ans dans le même signe zodiacal (pour ceux qui travaillent sur leur thème : ce même cycle au même endroit, s’est passé en 1978 / 1979 : il est toujours intéressant d’aller voir ce qui se passait, dans nos vies,  à l’époque, pour ceux qui étaient nés.)

Cette fois-ci, lors de la conjonction, Vénus et Mars ont batifolé pendant 9 mois !
20 août 2010 : 1ère conjonction à 14° Balance (Vénus est en domicile, Mars en exil)
3 octobre 2010 : 2ème conjonction à 13° Scorpion (Mars est en domicile, Vénus en exil)
23 mai 2011 : 3ème conjonction à 9° Taureau (Vénus est en domicile, Mars en exil)
Cette conjonction qui a duré neuf mois (le temps nécessaire pour accoucher) ne se refait sur un temps aussi long que toutes les 5 conjonctions (donc une fois tous les dix ans) et en montre aujourd’hui toute l’importance au niveau de notre vie affective et émotionnelle. Point de départ pour négocier un nouveau programme dans l’objectif d’obtenir un peu plus d’harmonie entre nos sentiments et nos actions, et de réviser nos jugements de valeur.

26 octobre 2011 : le carré croissant s’est fait à 22° Scorpion/Lion : un virage s’est enclenché, manifestant un changement relationnel ou la perspective de nouvelles valeurs.
5 décembre 2011 : le trigone apporte une nouvelle direction, une rencontre, une révélation.
22 décembre 2011 : le sesqui-carré demande de surmonter un obstacle qui est venu malencontreusement se mettre en travers de la route qu’on s’était si bien tracée.
7 janvier 2012 : le quinconce remédie et opère une mise au point
1er février  2012 : point d’opposition. Et moment de lucidité ou de clarté qui va nous permettre de nous repositionner. Les planètes s’éclairant mutuellement, vont travailler sur nos zones d’ombre  et peut-être nous permettre d’élaguer les branches mortes.
* Où j’en suis ?
* Et en particulier, où j’en suis dans mon affectivité ?
* Dans mes choix relationnels ?
* Dans mon rapport à l’argent  (c’est aussi le sens de Vénus) ?
Des questions à se poser pendant quelques semaines. Une opportunité à comprendre pour permettre une renaissance affective, ou un nouvel équilibre dans le sens de nos valeurs.

Pour vous, Madame, Mars dans votre thème représente l’Homme idéal.
Pour vous, Monsieur, Vénus représente la Femme idéale.
Si vous faites ce cheminement ensemble, en toute objectivité, sans déni, sans refoulement, sans culpabilité, vous avez des chances de trouver un nouvel équilibre.
Si l’un de vous deux  seulement le fait, il pourrait bien y avoir des moments de friction !
Si aucun ne le fait, ça pourrait être un dialogue de sourds.


L’entrée de Neptune en Poissons marquera aussi un temps fort de cette Lunaison.
Après son « pas de deux » ( j’y rentre – j’y rentre pas)  pendant près d’un an, cette fois, ça y est. Pour 14 ans, Neptune s’installe dans un signe où s’est installé Chiron avant lui : préfigurant, ou annonçant la transformation planétaire désormais incontournable.
Important de préciser que Neptune devient l’un des piliers d’une Croix Mutable, en face de Mars en Vierge et au carré des Nœuds Lunaires dans l’axe Gémeaux/Sagittaire. Nous y reviendrons dans un prochain Billet consacré uniquement à Neptune.

 

Saturne, lui aussi, hésite à rentrer en Scorpion. Sur le dernier degré de la Balance, il décide soudain de rétrograder. Il nous invite ainsi à repenser et à redéfinir notre cadre de vie. Il nous pousse à opérer un cran de plus dans notre lâcher prise par rapport à toutes ces tensions agrippées à nos vieilles sécurités. Cette boucle se faisant dans le signe de la Balance, engendre automatiquement une résonnance avec Vénus, la planète maîtresse du signe, éclairant encore un peu plus l’opposition Vénus/Mars qui vient de se former.
(Et Saturne ne rentrera en Scorpion qu’en octobre, attendant pour cela que Jupiter entame sa propre rétrogradation en Gémeaux, quasiment le même jour !)

Une lunaison finalement pleine de cohérence qui insiste sur la révolution planétaire qui se prépare dans nos consciences.

Monsieur André Barbault, ce grand astrologue de la génération précédente affirmait récemment :   » Le gros des chocs de la crise mondiale de 2010 devrait être passé, mais c’est tout un monde nouveau qui doit se recomposer sur les décombres ».
J’ai beaucoup de respect pour ce Monsieur qui a infiniment plus de connaissances que moi, mais je crains que nous n’en soyons pas encore au stade de la reconstruction.
Il est vrai qu’il ajoute encore : « Le carré Uranus/Pluton est loin d’avoir dit son dernier mot » (article sur son blog, du 5 novembre 2011).
En fait, ce carré n’a pas encore fait son premier passage exact (en juin 2012) et sera alors actif jusqu’en 2016.


Il y a juste un an, le 4 janvier 2011, à 28° des Poissons, démarrait le cycle Jupiter Uranus. Un feu aux poudres a embrasé le Moyen-Orient, avec tout un monde qui a voulu sortir de ses matrices d’enfermement.
Mais derrière ces peuples opprimés, et grâce à Pluton, Neptune, Uranus et leurs rétrogradations simultanées qui ont suivi, c’est une conscience planétaire nouvelle qui surgit. Nous sommes dans une crise de passage à une nouvelle mentalité.

Pour les Occidentaux que nous sommes, c’est difficile.
A l’heure où l’on parle de plans d’économie, de rigueur budgétaire, de récession, de corruption aussi, aucun phare n’éclaire aujourd’hui l’horizon.
A l’heure où le « made in France » devient  l’enjeu prioritaire de la querelle présidentielle, la lingerie Lejaby, pour ne citer qu’elle, continue … mais sans usine en France.
Petroplus en région parisienne, est à l’agonie.
SeaFrance à Calais, doit supporter les conséquences de magouilles qui apparaissent aujourd’hui au grand jour. Bien sûr, Vénus et Mars agissent sur nos zones d’ombre …

 » Mille chômeurs de plus, chaque jour en France » … titrait Marianne au début du mois. Sans compter les salariés en pré-retraite, dispensés de recherche. Sans compter les personnes à temps partiel contraint, qui cherchent un emploi. Sans compter les chômeurs qui poursuivent un stage.

Certes.
Alors … Scepticisme. Désillusion. Découragement  … pour certains et surtout pour ceux qui sont frappés de plein fouet. Oui, bien sûr.
Mais aussi, malgré tout, le germe d’un immense Espoir pour Demain.

Jacqueline  –  ce   22   janvier 2012
www.jacquelineboilot.com

Share