Les Indignés

Dans mon précédent Bulletin sur la Lunaison du 26 octobre 2011, j’expliquais combien était forte la puissance énergétique qui se dégageait actuellement, dans une époque où le mal-être de chacun, fait de colères rentrées,  ajoute un cran supplémentaire à cette crise de mutation nécessaire mais si douloureuse. Nos repères habituels sont appelés à changer avec, parfois, des revirements surprenants.

 

Partout dans le monde, les Indignés manifestent

* indignés de tant d’injustice et d’inégalités

* indignés de l’égoïsme forcené de quelques uns

* indignés de la corruption omniprésente et de la toute puissance financière

* indignés de la rentabilité à tout crin d’une société qui ne veut plus voir le côté humain.

 

L’Organisation Internationale du Travail, l’OIT, vient de rendre son rapport : 75,1 millions de jeunes chômeurs dans les pays développés fin 2010, sans compter ceux qui, découragés, se sont retirés du monde du travail   (Le Monde, édition du 19 octobre 2011).

 

 

Qu’en est-il dans la réalité des faits ?

 

Le mouvement apparaît le 15 mai 2011 à Madrid dans un pays européen au taux de chômage de près de 21 %, et s’étend petit à petit depuis cette date, via des réseaux sociaux qui mobilisent bien plus que des syndicats divisés. Il ne s’agit pas encore d’un mouvement planétaire mais d’une revendication pacifique qui demande un changement dans la politique espagnole. Vient-il à la suite de ce Printemps Arabe qui  laisse un certain espoir à tant d’opprimés soumis à la dictature ? …

 

Il s’agit  d’un mouvement « citoyen » qui n’est lié à aucun parti politique, à aucune organisation syndicale. Un mouvement spontané. Un mouvement voué à rassembler des citoyens de différentes sensibilités. Un mouvement plutôt hétérogène qui n’a en commun que le désaveu de toute classe politique quelle qu’elle soit. Et qui revendique le respect des droits de base, à savoir : logement, travail, santé, culture, éducation, participation politique, liberté de développement personnel et droit aux produits de première nécessité.

C’est le mouvement social le plus important en Espagne depuis la chute du franquisme, avec des revendications qui sont débattues dans des assemblées générales.

 

On ne les appelle pas encore les Indignés.

Le mot vient de Stéphane Hessel, auteur du livre « Indignez-vous » : ancien diplomate et résistant français, cet « indigné » de 94  ans a publié l’an dernier ce petit livre comme un appel à changer les choses dans la non-violence, vendu à deux millions d’exemplaires et traduit en 33 langues.

Il suit la voie d’Edgar Morin, cet autre grand philosophe, et s’indigne de cette civilisation de l’individualisme, voire de l’égoïsme. L’objectif à atteindre, dit-il, est une démocratie fondée sur des valeurs humaines. Il insuffle une confiance qu’il estime possible, grâce à tous les super moyens de communication actuels qui rendent possible d’aller beaucoup plus vite.

Et c’est bien ce que font nos jeunes Madrilènes. Facebook, Twitter, Viadeo, LinkedIn, …

 

Le 12 juin 2011, ils lancent un appel : des groupes similaires naissent au Portugal, en France, en Grèce, en Belgique, en Allemagne, en Italie et en Angleterre.

Eux se surnomment  « les 99% » : ils ne tolèrent plus la « cupidité » du 1% le plus favorisé.

 

Le 15 octobre 2011, a lieu la Première Journée Mondiale des Indignés : de Madrid à New-York, dans des centaines de villes à travers le monde, ils manifestent contre la précarité liée à la crise, et le pouvoir de la finance … avec des pancartes ou des guitares à la main comme à Toronto. Ils jouent une carte symbolique en se rassemblant dans tous les hauts lieux de la finance, le quartier des affaires de New York, la City de Londres, la Banque Centrale Européenne à Francfort, place de la Bourse à Amsterdam. Partout. A Tokyo. A Hong Kong. A Johannesburg. A Melbourne en Australie.

 

Le 23 octobre 2011, on vote en Tunisie. Rien à voir avec les Indignés. Et pourtant … Là-bas aussi de jeunes manifestants, courageux,  armés par Facebook, promettaient un monde arabe nouveau. Un monde où la démocratie aurait enfin droit de cité. Ne se seraient-ils pas finalement libérés d’une dictature pour se jeter dans les bras d’une autre forme de totalilitarisme ? Difficile de le dire aujourd’hui.

En France, on commente : « Je suis inquiète » dit l’une …  « La vigilance s’impose » dit l’autre … Déjà, en Lybie, avant même les prochaines élections, on parle d’appliquer à nouveau la charia. Difficile de relancer le  tourisme en imposant le niqab sur les plages. Il est impossible aujourd’hui de faire des pronostics sur l’avenir de ces pays. Espérons simplement que les droits des femmes ne soient pas remis en question, car l’hiver des illusions pourrait alors  remplacer le printemps arabe.

 

Le 29 octobre 2011, les Indignés organisent de nouveaux rassemblements pacifiques dans le monde pour proposer une taxe Robin des Bois : taxer 1% des transactions financières ; celles-ci représenteraient 1 300 milliards de dollars par jour.

 

 

Comment donner du sens à ces faits réels, à travers l’astrologie ?

 

Décembre 2007 : début d’un cycle Jupiter / Pluton à 28° du Sagittaire, chez Jupiter.

Jupiter est lié au pouvoir social, aux croyances, à la loi. Il rythme ainsi la vie socioprofessionnelle. Avec Pluton s’y ajoute la notion de pouvoir, de prise de pouvoir plutôt.

Important : le cycle Jupiter / Pluton est en rapport avec l’évolution du Moyen-Orient (voir mon Bulletin du 20 avril 2011 « Restons positif »).

 

Janvier 2008 : l’entrée de Pluton en Capricorne coïncide avec le signal de départ d’une crise planétaire qui va nous demander impérativement de nous prendre en charge, dans une remise en cause de nos propres structures. Nous avons 16 ans pour le faire puisque Pluton quittera le Capricorne en 2023.

Une planète malade, la violence à tous les niveaux, des échecs et des déceptions sur le plan personnel tirent la sonnette d’alarme et nous amènent à réagir. Du moins, dans un premier temps, Pluton nous demande de nous remettre en question et de sortir d’une matrice qui nous protège certes, mais nous manipule aussi.

 

En 2009 – 2010 : une opposition Saturne / Uranus, qui se renouvelle cinq fois sur deux ans, nous ouvre les yeux sur la folie d’une société qui croit trouver le bonheur dans une croissance incessante. C’est le face à face entre l’ancien et le nouveau.  Nos certitudes se trouvent bousculées. Mais la peur (Saturne) nous empêche de bouger.

Depuis Saturne est sorti de l’opposition. Il caracole en Balance … n’hésitant pas à mettre un certain bouleversement dans nos relations si elles ne trouvent pas un équilibre satisfaisant.

Uranus est plus libre : en quête de liberté absolue, il pousse les jeunes à s’exprimer, à crier leur ras-le-bol, et à chercher autre chose. Comme Pluton est en Capricorne, ce sont les structures qui sont visées, la ploutocratie, ce pouvoir par l’argent qu’ils ne peuvent plus accepter.

Et comme Saturne n’est plus là pour freiner, les évènements s’accélèrent  …

 

De plus, en  février 2011 : le cycle Jupiter / Pluton arrive en phase de carré croissant,

crise profonde qui secoue le monde arabe très concerné par le cycle.

C’est le Printemps arabe qui prend conscience de la situation mondiale dans son sens philosophique et moral  … Tunisie, Egypte, Lybie, Syrie, Yémen, …

 

Le 12 mas 2011, Uranus s’installe définitivement en Bélier.

L’impulsion et le dynamisme du signe s’associent à la planète des changements radicaux, des situations de crise et des mouvements libérateurs.

 

Le 4 avril 2011, Neptune s’installe en Poissons où  il  rejoint  l’ami Chiron, le « guérisseur ».

Pas bien longtemps puisqu’au début du mois d’août, il rétrogradera jusqu’au Verseau pour quelques mois. Mais il n’en faut pas plus pour que naisse auprès des Jeunes, ce mouvement de révolte qui s’étend dans toute l’Europe. La prise de conscience uranienne devant les inégalités et les injustices trouve un écho favorable dans l’esprit de toutes ces âmes en souffrance.  Une empathie reliée à l’humanité pour crier la douleur d’une société inhumaine.

 

Juillet  et octobre 2011 / mars 2012 : le cycle Jupiter / Pluton arrive en phase de trigone croissant,

phase possible de reconstruction : les élections en Tunisie se passent au moment du 2ème passage, avec Jupiter rétrograde. C’est en mars prochain que l’on connaîtra la suite de l’histoire …. Avant un possible éclatement futur avec le cycle en phase dissonante d’Uranus / Pluton. Probablement d’autres soulèvements et des bouleversements d’envergure (l’opposition des deux planètes d’août 2013 à avril 2014, un moment de « lucidité » se fera en même temps que le 3ème, 4ème et 5ème passage du carré dissonant Uranus Pluton)

 

(On peut juste noter que sur le plan de l’économie mondiale, ce trigone est une énergie dynamique qui a la possibilité de s’exprimer positivement … mais le trigone se défait à partir d’avril 2012).

 

Depuis quelque temps, Uranus et Pluton sont dans l’orbe de leur carré croissant qui se renouvellera 7 fois (oui, sept fois) entre l’été 2012 et l’été 2015

Uranus, c’est (entre autres, et pour le sujet qui nous intéresse aujourd’hui) le refus des systèmes et des partis politiques. Uranus, c’est aussi, dans son côté négatif, le faiseur de dirigeants révolutionnaires … qui peuvent se transformer en dictateurs.

Le cycle qui a commencé en 1965 / 1966 et a signé les révoltes de la jeunesse occidentale (en France, les évènements de mai 68) arrive bientôt à ce virage qu’il va falloir négocier dans une crise d’action. Avec Uranus dans le signe du Bélier et Pluton en Capricorne, une nouvelle étape de libération, ou d’émancipation s’attaque directement au pouvoir par l’argent que prône Pluton dans le signe du Capricorne.

 

Aujourd’hui

 

Le 9 novembre 2011, juste avant la Pleine Lune du 10, Neptune reprend sa course directe à 29° du Verseau. Il rentrera définitivement en Poissons en février prochain.

Il se pourrait bien que la contestation ambiante prenne de la puissance ! Les vaguelettes du 15 mai, de la Puerta del Sol, peuvent s’abreuver à tant de mécontentement social et de ras-le-bol, qu’elles risquent de se transformer en vagues d’une tempête qui pourrait bien prendre la forme d’un tsunami lorsqu’Uranus reprendra lui aussi sa marche directe à partir du 10 décembre 2011, à 0° du Bélier.

Neptune, pour 7 ans, dans le signe des Poissons, portera vers plus d’altruisme, de compassion, du sentiment de faire partie d’un « grand tout ».

 

Ce qui semble maintenant essentiel, c’est que les Indignés ne se fassent pas déborder, soit par des fanatiques ou des casseurs d’une part, soit par un parti politique qui voudrait « récupérer » le mouvement  (… ce qui vient de se passer en France avec JL.M.). Mais les Indignés l’ont répété : ils rejettent les partis politiques quels qu’ils soient.

 

Certes, des voix s’élèvent ça et là, pour critiquer : les Indignés ne feront rien changer avec leurs sit-in, disent-ils. Les maîtres du monde se moquent pas mal de ces « attardés peace and love » new-look, dont l’action n’est porteuse d’aucun projet politique ou économique.

A voir … Avec ce carré croissant de réorientation fondamentale, dans la durée, entre la planète de la révolution (Uranus) et la planète de la régénération (Pluton), on peut imaginer que bien des gens, écrasés de charges et lassés par trop d’injustices, ne viennent grossir les rangs de ce mouvement pacifiste.

Depuis mars et jusqu’à l’été prochain, l’axe des Nœuds est en Gémeaux / Sagittaire : un axe qui pourrait bien nous faire partir en mission, guidés par une étoile qui nous montrerait le Chemin pour rassembler, pour construire une cohérence d’ensemble et nous orienter vers une nouvelle perspective où il nous serait possible de faire passer cette revendication pour un monde meilleur, fait de tolérance et d’humanisme.

 

Alors, pour nos sociétés et pour nos enfants, soyons tous indignés ! Un autre monde est possible.

 

Jacqueline  –  ce  5  novembre  2011

www.jacquelineboilot.com

 

 

Share