La Pleine Lune du 21 mars 2019

Cette Pleine Lune se fait dans l’axe Balance / Bélier à 0°09

Pour la Lune, le degré sabian explique :

« Parmi une magnifique collection, un papillon empalé sur une aiguille, montre la beauté de ses ailes »

Dominante : Réalité immortelle, révélée par la vie parfaite

On vient juste de dépasser le premier hémicycle de cette lunaison en Poissons sur Neptune ; arrivée au stade de la Balance, la Lune est maintenant tournée vers le collectif. Elle montre plutôt des « Formes » qui deviendront « Pouvoirs » pour le Scorpion, un peu plus tard.

Sur ce degré symbolique, il nous est proposé une forme parfaite, le résultat de la métamorphose d’une chenille en papillon … comme une belle opportunité qui est donnée à l’Homme de se transformer lui aussi. L’aiguille dont on parle serait-elle alors « l’épée de la Sagesse » ?… (terme employé par Edmund Jones)

Mais alors, le processus de perfection suggère-t-il en même temps une idée de sacrifice ?

En fait, ce n’est pas l’aiguille qui a rendu le papillon parfait : l’aiguille a juste conservé la perfection du papillon, en tuant l’organisme vivant. Le papillon empalé est donc préservé par l’aiguille qui le fixe dans sa perfection.

 

Pour le Soleil, le premier degré sabian du Bélier explique :

« Une femme sort de l’eau, un phoque joue avec elle »

Dominante : Émergence de nouvelles formes et de la potentialité de la conscience 

Premier symbole d’une série de 360 ! …

En langage symbolique, la mer représente l’inconscient collectif. Dans ce symbole, une entité (femme) émerge, pleine du désir d’être. Un phoque joue avec elle :

or les « pinnipèdes » (mammifères marins dont les phoques font partie) n’ont pas toujours vécu dans l’eau. Leurs ancêtres terrestres, ont dû s’adapter au milieu aquatique.

Il est certes difficile de savoir exactement ce qui s’est passé il y a 50 millions d’années, d’autant plus que les pinnipèdes semblent descendre de deux lignes ancestrales différentes. Mais symboliquement, on retiendra que le phoque a fait de multiples allers et retours dans la matrice de la mer (conscience collective). Avec forcément des étapes d’évolution et de régression.

Car tout processus d’évolution est susceptible d’échec. Il est fonction d’une mémoire qui contient des fantômes d’échecs des cycles précédents.

Ce symbole parle donc de l’émergence de formes nouvelles et de la conscience individuelle ; mais le passé collectif a encore un grand pouvoir ; la régression est toujours possible.

(extrait des Degrés Symboliques de Dane Rudhyar)

 

Pleine Lune Balance du 21 mars 2019 à 1 h 44 TU

(2 h 44 en France)

ascendant 27° Sagittaire pour  Paris

 

Axe à 0° Balance / Bélier – axe cardinal

(3ème PL consécutive à 0° d’un signe)

 

Encore une fois, la Lune est complètement isolée,

mais cette fois plus fortement

 que pour la Pleine Lune du 19 février.

Elle forme un Grand Triangle avec Mars et Saturne/Pluton,

mais c’est un Triangle dissocié Air-Terre

Vénus maître de la Pleine Lune est en carré exact à Mars

et en sextile exact à Jupiter

 

Le Soleil est conjoint à Chiron

Pluton se prépare à rencontrer le Nœud Sud

Mercure est la seule planète rétrograde

 

La Pleine Lune offre un éclairage maximum (propice à révélations) d’un commencement qui a eu lieu 14 jours plus tôt à la Nouvelle Lune lors du dialogue entre le Soleil (le conscient) et la Lune (l’inconscient) … Ce moment de Pleine Lune est un moment où la lucidité est plus grande, où la prise de conscience peut se faire par rapport à quelque chose qui a été initié à la Nouvelle Lune ; mais c’est le moment où le Soleil s’oppose à la Lune :

Ce sont nos motivations conscientes (ici le Soleil à 0° du Bélier (avec sa spontanéité et ses réactions immédiates) qui sont face à nos désirs inconscients (ici la Lune à 0° de la Balance et son besoin d’équilibre)

Elle est plus fortement ressentie si son axe touche un axe important du thème natal, mais elle est valable pour tous en fait, consciemment ou inconsciemment.

 

En temps Universel,

le portail d’Équinoxe s’est fait juste avant la Pleine Lune

Le Soleil vient tout juste de rentrer en Bélier, à 22 h TU, soit un peu plus de 3 heures avant.

C’est important, parce que ça apporte la plus grande confusion pour déterminer la date de Pâques cette année :

En 325, le Concile de Nicée a fixé la règle suivante : « Pâques sera le premier dimanche suivant la Première Pleine Lune après l’Équinoxe » … ce qui devrait donner la date du 24 mars pour Pâques cette année.

Sauf que … il y a une différence entre Pleine Lune ecclésiastique et Pleine Lune astronomique. Si l’on se met sur la base de l’heure locale aux USA, la Pleine Lune tombe le 20 mars, avant l’entrée du Soleil en Bélier.

Et la fête pascale a été reculée au 21 avril …. avec des conséquences pour le temps du Carême, pour la date de l’Ascension et celle de la Pentecôte, forcément.

 

Le Soleil rentre donc juste en Bélier !

Équinoxe de printemps … Après le repli sur soi de l’hiver, après la traversée des Poissons, signe du bilan, voici une nouvelle Porte qui s’ouvre sur un Renouveau. Retour immuable de l’activité printanière qui revient chaque année. Première impulsion de l’année qui jaillit avec la sève qui monte à nouveau. Et symboliquement, nouveaux projets … Impulsion. Courage de s’affirmer. Initiatives.

 

Nous avons cette fois, une Pleine Lune dans l’axe Balance / Bélier

Axe relationnel par excellence.

L’axe du NOUS et du JE, avec un équilibre à acquérir … qui est NOUS ? … Qui est JE ? … Où est ma place dans le couple, dans la société ? …

Cette Pleine Lune Balance nous invite donc à une prise de conscience de sa relation à l’Autre et aux autres, de façon à exister dans une relation harmonieuse et donc à trouver ou retrouver son harmonie intérieure. En étant vrai avec soi-même … Il s’agit de transformer une attitude qui peut limiter ou freiner pour son évolution personnelle.

Mais il faut croire que ce n’est pas facile puisque cette année, la prochaine Pleine Lune se fera en avril, encore une fois en Balance, dans le même axe… et donc avant la Pleine Lune suivante en mai, en Scorpion, qui demandera alors vraiment à être authentique !

 

Est-on dans le compromis qui fait agir pour plaire aux autres, qu’ils soient famille, conjoint, ami, associé, collaborateur ? … Ou bien assume-t-on réellement ses choix parce qu’ils NOUS correspondent, même s’ils ne font pas forcément plaisir aux autres ? …

Cette énergie de la Balance nous rappelle qu’il est inutile de faire ses choix simplement pour charmer l’Autre ou ne pas lui déplaire, sous peine d’en recevoir en boomerang les conséquences déstabilisantes. L’équilibre doit se faire avec le Bélier en face qui demande de prendre sa vie en mains et de s’affirmer.

 

Vénus le maître de cette Pleine Lune est en Verseau.

Mars, le maître du Soleil, est en Taureau.

Or ils sont en conflit, en carré exact, 23° Verseau/Taureau.

Imaginez la Belle Vénus en Verseau, libre et indépendante, idéaliste et originale (elle est en signe d’Air). Mars, lui, dans la Terre du Taureau, a plutôt des préoccupations matérielles ; il n’aime pas trop l’imprévu, il cherche juste à tracer son sillon et à s’ancrer avec beaucoup de continuité dans son effort. Pour construire quelque chose de concret. Et pourtant, il est chez elle en Taureau, et il voudrait bien lui plaire et lui faire plaisir … Mais la Belle ne veut pas rester piégée par des questions matérielles ou se stabiliser à n’importe quel prix !

Ce n’est pas facile non plus pour elle … En même temps, conjointe à la Lune noire Moyenne, elle a un immense besoin d’être aimée, d’être confirmée dans le regard de l’autre.  Un peu Amour-passion. Amour-fusion. Chez Uranus, elle voudrait même inventer une nouvelle façon d’aimer. Ou une manière différente de vivre le couple. Tout en sachant qu’être fondu dans l’autre est dangereux. Il lui reste de mauvais souvenirs de l’histoire de Tristan et d’Iseut, ou de celle de Roméo et Juliette. Mais elle a besoin de guérir d’une blessure narcissique (manque de caresses, manque de massages, …)

Tous les deux étant en carré exact le jour de cette Pleine Lune, une mise au point est absolument nécessaire sur le plan affectif, que le sextile exact aussi à Jupiter voudrait harmoniser dans une certaine paix à venir  (les deux amoureux du zodiaque seront bientôt à nouveau en harmonie … (Ils ne pourront s’unir que fin août, après encore moult péripéties, mais ça, c’est une autre histoire qu’on suivra au fil des semaines sur ma Page FB).

 

Pour ne pas être en reste, ce même jour de Pleine Lune, Saturne se place exactement au quintile du Soleil (72°) et au tri-décile de la Lune (108°) : on ne peut mieux rêver pour être aidé, si le plan de conscience est élevé, par une énergie vraiment créatrice.

Et dans le cas d’un risque de comportement un peu trop réactif par rapport à la mise au point affective de son carré avec Vénus, Mars en Taureau se met aussi le même jour, au quinconce exact de Jupiter, pour adapter son action.

Merci l’Univers !

 

Si Mars, le maître du Soleil, dialogue donc avec Vénus sur ton de conflit

il dialogue aussi avec Pluton et avec Saturne (trigones exacts) 

Il a déjà rencontré Saturne le 14 mars, dans un trigone de Terre qui a pu avec patience et persévérance, fixer un objectif à long terme.

Avec Pluton cette fois, et toujours dans un trigone de Terre, exact quelques heures avant la Pleine Lune, notre Guerrier en Taureau est vraiment déterminé à reconstruire quelque chose.

Le Grand Triangle qu’ils forment avec la Pleine Lune, bien que dissocié puisque la Lune n’est pas en Terre, peut mettre en valeur cette détermination à agir, d’autant plus que Mercure a fait jaillir une nouvelle orientation mentale depuis le 15 mars :

 

Mercure est toujours rétrograde en Poissons

Conjoint à Neptune

(rétrogradation d’autant plus importante qu’elle a commencé, pile avec la Nouvelle Lune du 6 mars)

Le Messager des dieux a fait maintenant sa conjonction avec le Soleil, au milieu de sa marche « à reculons » : dans ce mouvement qui revient trois fois par an, environ trois semaines à chaque fois, il nous est donné l’occasion de réfléchir et de mettre en place une autre compréhension des choses. Cette fois-ci, Mercure en Poissons étant rentré dans ce besoin de mentaliser autrement, pile au moment d’une Nouvelle Lune sur Neptune, un risque de confusion se mêle à une distorsion de ce que l’on entend, forcément de ce qu’on nous dit, ou de ce qu’on en dit. Il faut vraiment rester prudent. Mensonge. Manipulation. Vérité qui éclate soudain, sous l’impulsion de Pluton et Saturne en sextile.

Tout est possible.

Le carré de Mercure/Neptune avec Jupiter n’est pas encore très puissant. Mais il va le devenir. Et Jupiter, dissonant en Sagittaire, il aime bien bousculer l’ordre établi !…

Mais d’un autre côté, toujours sous l’influence de Neptune, il peut se créer une source d’inspiration qui, compte tenu des quintiles qui se font depuis le 17 – Vénus avec Uranus, Soleil avec Saturne – peut s’avérer très riche au niveau de la création et de la créativité …

Et tout est décuplé par le prochain rendez-vous de Mercure avec Neptune le 24 mars.

 

Mercure redevient direct le 28 mars 

Le même jour, il fait un quintile décroissant à Mars (288°) ; second passage d’un aspect qui s’est déjà fait le 27 janvier ; mais comme il est aussi en semi-carré à Uranus, une grosse « peur de parler » empêchera encore de libérer la parole (à propos de quelque chose qui s’est passé fin janvier). Il faudra attendre la mi-avril pour que l’aspect de quintile se refasse, mais cette fois libéré de la dissonance uranienne.

 

Le 22 mars, le Soleil rencontre Chiron en Bélier

L’aspect qu’on peut vraiment ressentir depuis que le Soleil est rentré en Bélier le 20 mars, peut donner une nouvelle énergie pendant quelques jours pour s’affirmer : il peut donc se traduire par un changement important dans sa vie sociale (surtout si l’on a déjà un lien entre le Soleil et Chiron en natal) : soit un évènement heureux qui arrive parce qu’on aura su s’imposer et affirmer qui l’on est, soit un sentiment d’aliénation parce qu’on n’aura pas su innover.

 

Un petit mot encore pour ceux qui veulent aller plus loin en astrologie :

Pluton rencontre très bientôt le Nœud Sud

(j’y consacrerai une publication spéciale sur Facebook)

Entre le 28 mars et le 5 avril, donc pour toute cette fin de lunaison, Pluton croise la route du Nœud Sud. Une rencontre qui clôture la valse des trans-saturniennes !

En janvier 2015, c’est Uranus qui croise le Nœud Sud ; c’est un tournant de vie important, initié avec lucidité et clairvoyance, pour ouvrir une brèche qui débouchera sur une meilleure affirmation. Dans un refus d’adhérer à un idéal normalisé.

En novembre 2016, c’est le tour de Neptune qui, en croisant le Noeud Sud, provoque une ouverture psychique en vue d’une transformation relationnelle. Les blocages ne sont alors apparus que si Neptune est particulièrement dissonant en natal, ou s’il est un Régent karmique dissonant.

En septembre 2018, la rencontre Lune Noire Moyenne / Nœud Sud prépare le décapage à venir : comme une secousse sur le plan de la conscience, une voix intérieure s’est fait entendre, avec l’intuition de ce qu’il faudrait faire. Mais les freins du passé étaient encore trop puissants pour accepter facilement de se transformer. A ce stade, on avait encore le choix de continuer comme avant.

Seulement, voilà… :

Fin mars / début avril 2019, cette fois, c’est Pluton qui, en croisant le Nœud Sud, OBLIGE à un nettoyage total. Là encore, selon les rapports en natal de Pluton et du Nœud Sud, il y a un bouleversement de conscience, plus ou moins facile, qui pousse à une confrontation avec le monde extérieur. Obligation de prendre du recul. Obligation de voir autrement. En évitant violence ou révolte ou sentiment d’injustice. Pour une Vraie Renaissance à condition qu’on accepte les images de soi.

Ça se passe autant

* sur un plan personnel

* que sur un plan collectif, là où il est nécessaire de lâcher de vieux karmas liés au désir de puissance.

L’un et l’autre sont subtilement imbriqués.

 

Conclusion

21 mars 2019 :  3 + 3 + 12 = 18 = la Lune

Ou 27 = 9 … l’Hermite

Ou : 21 + 3 + 2019 = 2043 = 9 … l’Hermite

 

L’Hermite avance seul dans la nuit. Vieux et courbé, à la lueur de sa lanterne, il s’appuie sur un bâton qu’il pose sur la terre ferme. Il avance ainsi dans le noir, ne comptant que sur lui. Il est l’image de la Sagesse. Son bâton lui permet de tâter les obstacles et d’avancer avec prudence. Il ne voit que ce qui lui est donné de voir.

L’Hermite, c’est la clairvoyance, celui qui a une connaissance immédiate des êtres et des choses, celui qui voit les choses comme elles sont ; et c’est en avançant pas à pas, prudemment, qu’il se remet lui-même en question et prend ainsi conscience de lui-même.

 

De son côté, la Lune, apporte une extrême sensibilité. C’est elle qui accompagne l’Hermite dans son repli sur lui-même et sa quête de connaissance. Astre de la nuit, exerçant une influence sur les sens, les humeurs, les pensées secrètes, elle exalte, fascine et envoûte. Ici elle peut représenter les fondements mêmes de sa vie … soit une situation confuse … soit une illusion … soit ses pensées intimes …

Faire le choix de s’immerger dans cette mare remplie d’eau, symbole de sensibilité, plutôt que de s’identifier à l’écrevisse au fond du marais, refuge des habitudes ! … Et faire le choix d’une douceur créatrice dans le cheminement de sa vie quotidienne.

 

Avec ce Portail de l’Equinoxe, un nouvel éveil est possible dans une reconstruction vibratoire. Vers plus de sagesse ? Vers plus de clairvoyance ? …. Le Grand Nettoyage Poissons a pu se faire. Certains cadenas ont pu sauter. Les nouvelles vibrations qui démarrent avec le Bélier arrivent comme des tourbillons d’énergie.

 

On a tous été plongés dans un certain brouillard neptunien ; beaucoup sont fatigués, d’autant plus que la Terre vit un moment d’accélération. Et pourtant, depuis ce début de lunaison le 6 mars, beaucoup ont décidé de changer, de prendre un peu plus soin d’eux-mêmes, de prendre conscience que le moment était venu de fermer une porte … Pour en ouvrir une autre. Plus riche de possibilités.

En soi, le besoin d’une lente métamorphose se continue, mais avec des bouleversements inévitables. Manque de sommeil. Rêves qui font ressortir un passé lointain, que l’on croyait pourtant avoir bien enterré. Douleurs étranges dans le dos, le cou, les épaules. Brouillard visuel et paupières humides.  Vertiges parfois.

Avec le changement, vient l’inévitable adaptation … Une adaptation à la conscience d’un nouveau monde. Pour soi. Et en soi. Mais il faudrait arriver à lâcher prise un peu, pour permettre au corps de ne plus être dans une tension perpétuelle.

Et pour devenir enfin, le capitaine de son propre navire.

 

 

Tous droits réservés  Jacqueline Boilot  – mars 2019

Site : http://www.jacquelineboilot.com/     

 

Si vous voulez être averti/avertie par mail de la parution de mes lunaisons, recopiez votre adresse électronique dans la case « pour rester informé » à droite du blog … mais vérifiez bien : à chaque lunaison je reçois des adresses erronées.

 

Vous pouvez aussi consulter  ma Page Facebook sur laquelle je suis présente plusieurs fois par semaine : https://www.facebook.com/alloallomercure/   pour des explications plus détaillées de chaque aspect vu sommairement dans cette publication.

 

 

 

Share