La Pleine Lune du 19 février 2019

Cette Pleine Lune se fait dans l’axe Vierge / Poissons à 0°42

Pour la Lune, le degré sabian explique :

« Sur un portrait, les caractéristiques d’un visage d’homme sont artistiquement accentuées »

Dominante : Capacité de reconnaître clairement les caractéristiques et le sens global d’une situation.

En arrivant dans la Vierge, on rentre dans le symbole de la moisson mais aussi sur un Chemin d’éducation et d’entraînement. La Conscience doit maintenant pouvoir comprendre toute situation comme une expérience d’un Tout et en découvrir le sens, en distinguant chacun des traits caractéristiques de la situation. Le mot-clef serait celui de « discernement », sous-entendant analyse et intuition. Certes l’esprit sépare et identifie, exagérant parfois, mais la réponse intuitive est essentielle pour saisir la place et la fonction

Pour le Soleil, le degré sabian des Poissons explique :

« Sur une place de marché, des fermiers présentent leurs produits »

Dominante : Processus d’échanges, qui montre la santé d’une communauté.

Dans une expérience communautaire, il y a un échange des produits de l’activité sociale. On moissonne ce qu’on a semé … Certes, une mauvaise moisson peut mener à la faillite. Mais une bonne moisson peut amener des honneurs. Ce symbole marque complètement ce qu’on a à gagner des échanges sociaux.

(extrait des Degrés Symboliques de Dane Rudhyar)

Pleine Lune Vierge du 19 février 2019 à 15 h 55 TU

(16 h 55 en France)

ascendant 17° Lion pour  Paris

 

Axe à 1° Vierge/Poissons – axe mutable

 

Toutes les planètes sont ramassées dans un arc de 132°

Seule, la Lune en face.

 

Peu d’aspects, mais chaque planète personnelle

 est liée à une planète collective

 

Toujours aucune planète rétrograde

 

La Pleine Lune offre un éclairage maximum (propice à révélations bien entendu !) d’un commencement qui a eu lieu 14 jours plus tôt à la Nouvelle Lune lors du dialogue entre le Soleil (le conscient) et la Lune (l’inconscient) … Ce moment de Pleine Lune est un moment où la lucidité est plus grande, où la prise de conscience peut se faire par rapport à quelque chose qui a été initié à la Nouvelle Lune ; mais c’est le moment où le Soleil s’oppose à la Lune :

Ce sont nos motivations conscientes (ici le Soleil à 1° des Poissons avec sa sensibilité et son imagination rêveuse) qui sont face à nos désirs inconscients (ici la Lune à 1° de la Vierge et son besoin d’analyser et de mentaliser la moindre de ses émotions pour se sécuriser)

Elle est plus fortement ressentie si son axe touche un axe important du thème natal, mais elle est valable pour tous en fait, consciemment ou inconsciemment.

 

C’est une Pleine Lune dans l’axe Vierge / Poissons

C’est un axe mutable de transition : il nous faut apprendre à « fermer » quelque chose pour passer à une autre dimension. Période de bilan, de clôture pour passer dans l’autre hémicycle. Passage initiatique peut-être. Ou simplement remise en question. La Nouvelle Lune du 4 février en Verseau proposait de se libérer, de retirer des chaines qui ligotaient dans le secteur de vie du 16° Verseau. L’a-t-on fait ?… Et a-t-on pris conscience de ce qui limitait et empêchait d’avancer ?…

Le Soleil, Mercure et Neptune sont maintenant dans le signe des Poissons, une Eau mutable qui prédispose à l’hypersensibilité et à un échange de richesses, matérielles et spirituelles. L’émotion est à fleur de peau. Mais c’est le monde du silence. En Poissons, on ressent plus qu’on ne parle. C’est donc une plus grande difficulté pour le Soleil de s’affirmer et pour Mercure de s’exprimer.

 

Importance de la Lune, seule en face, dans son hémisphère,

qui rappelle l’importance du Nœud Nord en Cancer sur l’année 2019 et son impératif de se couler dans la douceur et la rondeur de la vie.

Mais c’est une Lune en Vierge, dans une énergie de Terre qui ancre dans la matière, une Lune qui rappelle qu’il ne s’agit pas de fusionner dans les illusions. Ni de planer. Le moment demande de s’incarner vraiment. De s’adapter et de s’organiser avec méthode. Avec le besoin d’être utile dans la vie de tous les jours. Avec humilité et modestie. Mais encore faut-il accepter le travail de nettoyage et de purification qui est proposé par la Vierge.

La Vierge, par analogie à la maison 6, est aussi la maison du corps, un corps qui peut traduire le mal-être par la maladie. Avec les Poissons en face, l’équilibre demandé à cette Pleine Lune est de réaligner le corps, l’âme et l’esprit, seule condition pour dépasser un schéma d’habitudes émotionnelles et physiques qui empêchent d’avancer.

 

Chiron vient tout juste de passer définitivement en Bélier.

Pour 8 ans.

Son passage en Poissons où il a côtoyé Neptune est d’une haute portée symbolique. Il a ouvert un chemin de guérison spirituelle. Aujourd’hui, il traduit une passerelle entre deux mondes : entre celui de l’ère judéo-chrétienne des Poissons, à celle de l’avènement d’une nouvelle conscience planétaire Verseau.

C’est bien toute la difficulté : renoncer à un passé que l’on connait, pour aller vers un avenir qu’on ne connait pas, qu’on ne peut même pas imaginer. Passer de Saturne à Uranus ….

Or Chiron semble être apparu pour nous guider vers une nouvelle ère, celle du Verseau dont les deux maîtres sont justement Saturne et Uranus.

Dans son énergie paradoxale (de blesser et de guérir à la fois) il aide à reconnaitre dans un effort souvent douloureux, une Blessure existentielle, qu’elle soit psychologique, physique, émotionnelle, spirituelle, psychosomatique, … Il aide à s’affirmer. Mais pour ça, il faudra corriger et transformer un comportement émotionnel ou mental … Pour grandir et pour se réaliser. Enfin.

Et dans la nature de pionnier qu’il acquiert dans le signe du Bélier, il aura besoin d’aller au bout de ses possibilités, de dépasser les obstacles pour explorer de nouveaux domaines (et surtout ceux qui permettent d’arriver à une meilleure connaissance de soi)

 

Pour appuyer ce lien avec Chiron,

entre planètes du septénaire et trans-personnelles,

chaque planète personnelle

est couplée avec une planète collective :

 

1 – Mercure est conjoint à Neptune

Mercure est le maître de cette Pleine Lune en Vierge. Très sollicité : sextile à Vénus et à Saturne, carré à Jupiter, semi-carré exact à Uranus, et surtout conjoint à Neptune. On peut toujours imaginer qu’il est prêt à délivrer un joli message !

Mais la conjonction est dissonante à Jupiter et à Uranus.

Il va falloir comprendre comment on a envie et besoin de répondre sur le plan mental à ce que le carré Jupiter Neptune nous propose toute l’année (rappel : les trois passages exacts se font mi-janvier, mi-juin et mi-septembre 2019) : c’est-à-dire concrétiser une ouverture de conscience (Neptune en Poissons) au sein de nos schémas de vie formatés par une certaine société (Jupiter en Sagittaire). Un nouveau réseau de conscience peut se tisser à une échelle mondiale. Mais dans le carré, il y a tension … dans le but de créer un courant (Neptune) qui permette de trouver sa place (Jupiter) et une nouvelle manière de fonctionner dans le monde.

 

Sur un plan plus personnel, Mercure est aussi très sollicité ; ses aspects dissonants avec Jupiter et Uranus amènent un climat tendu, et avec Mercure en Poissons, on pense à des émotions qui sont trop rentrées, mais qui portent pourtant une obligation de se connecter autrement, ou du moins de façon plus authentique. Le dimanche 24 février, il va commencer à ralentir pour entamer une rétrogradation du 5 au 28 mars

 

2 – Vénus est conjointe à Pluton (et à Saturne)

En Capricorne, Vénus met l’affectivité sous le signe des responsabilités et des obligations ; mais elle peut paraitre vraiment lourde pour ceux qui n’arrivent pas à se défaire des lourdes charges du passé. Et le sentiment de poids sur les épaules est rendu encore plus lourd, vu le contexte :

Saturne se rapproche de Pluton pour une clôture définitive du cycle qui se fera en 2020. Nous ne sommes encore que dans le constat que rien ne va plus. Que la mutation/métamorphose imposée par Pluton, est désormais indispensable.

Vénus en Capricorne, en venant s’intercaler entre eux, pour cette Pleine Lune, semble vouloir nous faire descendre au plus profond ; il ne s’agit plus de « faire bien », et d’aller dans le sens des valeurs édictées par le clan, mais d’être SOI et de l’assumer.

Or, quelle plus belle Vénus que celle qui nous anime aujourd’hui au sextile de Neptune, le Magicien, qui lui demande d’exorciser prudence et sévérité ! … C’est tellement plus agréable de se brancher sur Radio Océan, de rêver et de se laisser porter en libérant des émotions qui vont étinceler « comme un essaim myriadaire et merveilleux » (Emile Verhaeren)

 

3 – Mars est toujours conjoint à Uranus

Le Guerrier est maintenant passé en Taureau, calme et concret, obstiné aussi, voire têtu, mais il est encore imprégné de son passage sur Uranus en Bélier : il a besoin de concrétiser vraiment un projet ou une démarche qu’Uranus a pu lui souffler avec une certaine audace.

 

Les trois Lunes Noires sont toujours très resserrées en Verseau

Besoin de se sentir reconnu. Mais dans une telle exigence d’absolu que le destin semble intervenir pour faire comme un vide alimenté par des pertes brutales ou des ruptures sans appel … avec forcément (du fait qu’il n’y a pas de fatalité) une remise en question à opérer sur la nature significative du lien qui unit à l’Autre ou aux autres et les réflexions à faire sur cette énergie du Deux, spéciale au mois de février. L’Autre et moi. Les autres et moi.

Ce sont des Lunes Noires qui, en Verseau, reflètent bien, aussi, cet idéal sociétal (Verseau) de réformes (par Uranus) avec de nouvelles idées à faire passer. Dans la conjonction de Mercure à Neptune, il faut juste rester vigilant sur la notion d’idéal, toujours porteur de possible désillusion (alimentée par ces Lunes Noires liées aussi à la frustration) pour ne viser que la prise de conscience qui, elle, est porteuse de révélation et de compréhension.

 

Saturne et Neptune sont toujours en sextile décroissant

(premier passage le 31 janvier)

C’est toujours le début d’une opportunité donnée, celle d’une réorganisation générale :

* sur le plan collectif, à la manière de lanceurs d’alerte qui nourrissent les consciences par toutes sortes de mouvements,

* sur un plan plus personnel, comme un apaisement, voire un abandon de certaines crampes mentales parce qu’on se rend compte que l’esprit s’est ankylosé d’être resté trop longtemps fixé sur un schéma qui n’a plus lieu d’être.

 

Conclusion

19 février 2019 :  10 + 2 + 12 = 1 + 2 + 12 = 15 … le Diable

Ou 24 = 6 … l’Amoureux

Ou : 19 + 2 + 2019 = 2040 = 6 … l’Amoureux

Lame 6 … Un choix à faire :

L’Amoureux du Tarot est un homme indécis. Il est entre deux femmes. L’une, à sa droite, est âgée, peut-être sa mère. L’autre à sa gauche, côté du cœur, est plus jeune. Et c’est vers elle que le cupidon dirige sa flèche : l’élue du cœur ?

Mais il est dans le doute, dans le flou et l’indécision. Pourtant, il doit trancher.

Choisir, c’est marquer sa différence, son originalité. C’est affirmer sa personnalité. C’est parfois difficile, mais c’est en se laissant influencer par les autres, qu’on devient victime des circonstances.

Comment apprendre à se connaître en exprimant sa volonté, ses désirs, ses convictions, ses sentiments ?

Comment imposer son choix ?

Cette Lame 6 demande de faire un choix, et de prendre une décision. Chacun a son libre arbitre : on peut toujours choisir, et rester maître de soi. Tout comme on peut ne pas choisir et devenir victime de ses émotions et de ses motivations.

Or, le Diable est là … Et quelle lame singulière que cette Lame 15 ! Faut-il y voir le démon qui prend l’apparence d’un être androgyne (sexe d’homme et seins de femme mais qui contient la totalité des puissances des deux sexes) ?… Faut-il y voir les chaînes des deux diablotins qui symbolisent l’impossibilité de bouger et d’agir comme on veut ?

Le Diable regarde de face, mais il louche. Il voit deux fois, comme l’Amoureux qui ne sait de quel côté se tourner. Il fait voir trouble. Mais quel est son message à travers cette vision des choses déformée ?

 

Avertissement ou délivrance … La route est encore longue.

Mais le degré symbolique de cette Pleine Lune parle bien de « discernement ».

Certes, on est toujours et bel et bien dans un moment de transition. La mutation à venir est puissante. Elle n’est pas encore là, mais l’ouverture de conscience a déjà eu lieu. Les voiles, petit à petit, se déchirent. De plus en plus nombreux sont ceux qui ont besoin de regarder de l’autre côté du miroir. En se faisant aider et en aidant son corps à se libérer de cuirasses qu’on a pu s’imposer depuis des années.

Mercure est sur tous les fronts en cette fin de février, il accompagne la remise en question mentale qu’il faudrait faire ; il n’hésite pas à se mettre bientôt en rétrogradation, pour permettre encore plus de recul sur la situation.

Comme s’il voulait accélérer (pour après) le processus de guérison … On le fera … ou pas. C’est toujours le libre-arbitre, mais au risque de somatiser dans la maladie.

En attendant, tout soin énergétique sera le bienvenu, massage, shiatsu, …. Tout ce qui permettra de dénouer les nœuds émotionnels qui agressent le corps.

 

Pour beaucoup, l’Amour est là. Inconditionnel.

Pour ce qu’il y a de plus beau en soi. Et autour de soi.

Malgré la souffrance. Malgré la révolte.

Parce que, seul l’Amour est porteur d’espoir.

 

 

Tous droits réservés  Jacqueline Boilot  – février 2019

Site : http://www.jacquelineboilot.com/     

 

Si vous voulez être averti/avertie par mail de la parution de mes lunaisons, recopiez votre adresse électronique dans la case « pour rester informé » à droite du blog … mais vérifiez bien : à chaque lunaison je reçois des adresses erronées.

 

Vous pouvez aussi consulter  ma Page Facebook sur laquelle je suis présente plusieurs fois par semaine : https://www.facebook.com/alloallomercure/   pour des explications plus détaillées de chaque aspect vu sommairement dans cette publication.

 

 

Share