La Nouvelle Lune du 24 janvier 2020

Cette Nouvelle Lune se fait à 4° 21 du Verseau

Le degré sabian nous dit :

« Un conseil d’ancêtres aide les efforts d’un jeune leader »

Dominante : Aptitude à ouvrir une voie nouvelle pour une action commune, tout en se basant sur des précédents.

L’effort des prêtres qui bâtirent les Missions en Californie, avait derrière lui, tout un passé et la volonté d’apporter la « bonne nouvelle » à tous les Hommes sur Terre.

Chaque être est bien plus dépendant qu’il ne le croit, de la force de réalisation de ses ancêtres.

(extrait des Symboles sabians de Dane Rudhyar)

Une Nouvelle Lune à 4° 21 du Verseau     

le 24 janvier 2020 à 21 h 43 TU

22 h 43 pour la France –

Ascendant 1° Balance

 

Lunaison dans l’énergie du Verseau

(un signe d’Air, fixe et yang) 

 

Lunaison avec très peu d’aspects,

en carré à Uranus maître du Verseau.

Les planètes sont ramassées en un Grappe de 138°

Aucune planète rétrograde

 

Au moment de la Nouvelle Lune, l’astre de nuit n’est pas visible par nous les Terriens. Et pourtant son influence est très forte sur la planète, que ce soit pour les êtres humains, ou les animaux et la végétation.

Quand on est en phase de Nouvelle Lune, les deux luminaires, Soleil et Lune, sont conjoints. Principe du Masculin et principe du Féminin théoriquement unis.

Quoi qu’il en soit, une impulsion est donnée pour un nouveau départ, peut-être un peu confus au début. Et en fonction de la maison natale où ça se passe (regardez où se situe pour vous le 4° Verseau : en maison 1, ce sera peut-être une décision qui permettra de se montrer sous un nouveau jour ; en maison 4, une nouvelle énergie se libère au niveau de la construction de sa personnalité ; en maison 7, ce sera plutôt au niveau des relations de couple ou d’associés ; en maison 10, un nouveau projet par rapport à sa vie sociale ou professionnelle ; …

 

C’est le moment de lancer une initiative particulière (dans ce domaine du thème natal où tombe la lunaison) et de démarrer une nouvelle expérience, un nouveau projet, qui pourra émerger au fur et à mesure qu’avancera cette première phase de lunaison. Jusqu’à la prochaine Pleine Lune du 9 février à 20° Lion.

 

C’est une Lunaison où dominent l’Air et les signes fixes.

Une signature de base qui confirme le degré sabian : on est attaché au passé et aux traditions (Fixe) tout en s’intéressant aux idées nouvelles (Air)

 

Lunaison dans le signe du Verseau

Si le ciel planétaire a hérité des rigidités du Capricorne, le Verseau arrive pour remettre en cause les acquis qui ont été établis… Il aime se porter à l’avant-garde des technologies de son temps. Avec originalité et inventivité. Un tantinet révolutionnaire (c’est un euphémisme) … à coup sûr, et positivement, au risque de se marginaliser et de passer pour un incompris (Repensons à Jules Verne, Soleil /Mercure en Verseau en maison 10… quand on est trop en avance sur son temps, on a toujours tort).

(cf ma publication FB du lundi 20 janvier)

Pendant toute la phase croissante de cette lunaison, et dans le meilleur des cas, le Verseau va mettre l’ambiance générale sous le signe de l’humanisme, du service rendu à l’humanité, dans une détermination à formuler encore de nouveaux projets surtout s’ils se placent à un niveau social. En mettant son « originalité » au service du groupe qu’il incite à réfléchir dans le but de trouver toujours plus de possibles à sa liberté.

 

Le ton est donné au dialogue. Mercure est aussi en Verseau

Les antennes sont bien en place. Mercure direct a fait récemment sa conjonction au Soleil (le 10 janvier) : il couronne en fait toutes les approches intellectuelles et les liens qu’on a créés depuis la précédente conjonction où il était rétrograde – le 11 novembre 2019.

Qu’a-t-on changé sur le plan mental depuis cette date ?… Quelle nouvelle communication a-t-on cherché à établir ?… Quels échanges nouveaux a-t-on cherché à initialiser ?… Quelles nouvelles relations commerciales ?…. Et quelle opportunité dans cette période d’éclipses, à réorienter son radar intuitif dans une nouvelle direction ?

Autant sur un plan individuel que collectif.

C’est tout un système de pensée qui est en passe d’être modifié …. voire en Verseau, complètement éradiqué pour quelque chose de nouveau !

 

C’est Uranus le maître du Verseau,

et c’est lui qui incite à être visionnaire dans une énergie de liberté et d’émancipation, mais aussi de fraternité.

Plus que jamais : projets communautaires, covoiturage, cohabitation … tout en s’affranchissant des peurs et des murs dressés devant soi. Dans l’espoir sous-jacent d’une nouvelle société à construire.

 

C’est bien ce que montre cette Nouvelle Lune

en carré dissonant serré à Uranus, son maître !

C’est le seul aspect qu’elle fait.

Et c’est encore plus d’émancipation, encore plus de liberté, encore plus d’humanisme.

Juste avant la Nouvelle Lune, Mercure et le Soleil ont été d’abord :

* en semi-carré exact décroissant à Neptune (les 17 et 22 janvier)

* puis en carré décroissant à Uranus (les 18 et 23 janvier)

C’est d’autant plus fort qu’avec la lunaison, la Lune décide de rentrer dans le jeu : un peu comme une injonction à mettre en place ce que les deux éclipses ont déterré. Et plus on restera rigide, plus on voudra rester sourd, plus ce sera difficile de se libérer et de se réaligner.

 

Les semi-carrés et carrés sont décroissants : l’obligation est donnée de sortir d’une illusion, autant dans sa communication que dans son comportement, de casser avec de vieux schémas, de réévaluer pour reconstruire une autre qualité de coopération. Je suis désolée de dire toujours la même chose mais les vieilles valeurs du passé mènent à une impasse.

Forcément, quand il s’agit de tourner une page, ça se fait dans une grande tension émotionnelle.

Autant dans sa sphère intime que partout dans le monde au niveau collectif.

Rébellion, obstacles, et avec Uranus, le maître de la foudre, c’est vraiment électrique. Mais c’est une opportunité à saisir pour sortir d’une problématique, pour casser un formatage ancré depuis longtemps et arriver sur une opportunité de libération afin de réaligner une situation qui ne l’était plus.

(cf publications FB du 17 et du 22 janvier : exactement les mêmes aspects que l’an dernier, en janvier 2019 ; mais pas dans la même perspective. L’an dernier il y avait une Page à tourner à partir de l’été 2019. Cette fois, la perspective est celle de la triple conjonction de fin 2020. La Page est tournée ou est en train de l’être. Une autre nous est déjà présentée. Vierge de toute écriture)

De partout, il me vient des messages : on a lâché, on est en train de le faire, ou on projette de le faire. Certes, avec Uranus en Taureau, tout ne se fait pas en un jour, ni même en un mois ! Le Taureau construit ou reconstruit, mais dans le temps, avec lenteur et persévérance. A son rythme.

 

Une aide enthousiaste :

Mars est en Sagittaire (du 3 janvier au 16 février),

noble et courageux, pas toujours patient (signe de Feu). Idéaliste aussi, il se bat pour ses idéaux.

Mais il va former un carré avec Vénus, exact le 27 janvier

C’est un carré croissant qui vient souvent d’un besoin de plus grande liberté affective. Le besoin d’aimer et d’être aimé est bien là, mais ….

Il va former aussi un carré avec Neptune, exact le 28 janvier.

On peut être dans une croyance illusoire qui force à faire des efforts exagérés pour aider ou rendre service (on n’est pas loin du complexe du Sauveur, cher aux Poissons)

Dans cet épais brouillard à couper au couteau, Mars, notre amoureux, se tromperait-il d’objectif ?… Le carré ne serait-il que l’immense confusion qui l’empêche de mener son action et son désir au but ?…

 

Un bel aspect dans tout ce maëlstrom d’émotions :

le sextile de Jupiter à Vénus :

Cette fois, l’aspect est croissant : entre le Capricorne et les Poissons, de la Terre et de l’Eau, un réaménagement du quotidien peut s’envisager, dans un plus grand épanouissement, et dans une conciliation apte à apporter la paix. Et c’est d’autant plus fort que Vénus s’approche d’une conjonction à Neptune (qui sera exacte dans trois jours) : de l’amour et de la compassion, dans une valeur thérapeutique puisqu’en même temps conjoints à la Porte Visible (PV) toujours facteur de guérison. Donc de l’aide, et de l’écoute aux autres.

 

Le cycle Saturne/Pluton vient tout juste de commencer

(cf. publication Facebook du janvier qui a fédéré plus de 13.000 lecteurs)

Il va durer 33 ans. Pour une mutation par mort/renaissance (Pluton) de vieilles structures (Saturne) ; le cycle a commencé en Capricorne, il vise les structures institutionnelles, économiques, politiques, … Pour une nouvelle société. Dans un énorme défi de changement.

Effondrement. Mais pour faire germer une vraie Renaissance.

Par tâtonnements successifs (Uranus, la planète du changement, est en Taureau, un signe qui n’agit pas dans la précipitation !)

Petit à petit, les anciennes valeurs vont s’effondrer parce que les structures classiques représentées par Saturne ne peuvent plus répondre à l’appel de la transformation.

 

L’astrologie Humaniste a répertorié un certain nombre de structures planétaires.

(si c’est trop technique, passez directement au paragraphe suivant !)

J’attire l’attention sur toutes ces planètes réunies dans un arc de 138° : une structure planétaire en forme de Grappe.

C’est beaucoup d’énergie ramassée sur peu de signes, essentiellement Capricorne, Verseau, Poissons.

La planète leader, c’est Mars en Sagittaire qui confirme cet impact important d’une action portée par l’idéal, avec beaucoup d’enthousiasme. Ce Mars dispose d’un carré pour être actif ; c’est un carré à Neptune en Poissons, porteur de charisme.

C’est Uranus qui traîne en Taureau : 138° entre planète leader et planète de queue.

C’était déjà la même configuration à la dernière Pleine Lune avec 148° : le quinconce de la Pleine Lune est devenu sesqui-carré avec cette Nouvelle Lune. Il y avait un réglage à faire qui demandait d’ajuster ses lunettes pour une réorganisation.

Cette fois, la prise de conscience passe par une obligation de se détacher de certaines vérités absolues et de se renouveler en se confrontant aux idées de chacun. Pour partager et intégrer d’autres façons de penser.

Ça doit être difficile, puisque :

* la prochaine Pleine Lune du 9 février montre la même structure planétaire que celle de la Pleine Lune du 10 janvier (et 128° entre Mars et Uranus),

* et que la prochaine Nouvelle Lune du 23 février montre la même structure planétaire que celle-ci – avec 118° entre Mars et Uranus, et une figure de trigone enfin moins dissonante.

Tout simplement, avec le temps qui passe, on élargit sa vision et sa compréhension du monde.

 

Pour cette Nouvelle Lune,

Encore une fois, seul à l’extérieur de la Grappe, le Nœud Nord en Cancer qui nous clame encore et encore, jusqu’au printemps (début mai) qu’on doit sortir d’une certaine dureté envers soi, prendre soin de soi, penser à ses besoins fondamentaux et se donner de la douceur. On DOIT répondre à ses ressentis, être une « bonne mère » pour soi et, tout en étant à l’écoute de ses rêves, aller vers son autonomie personnelle.

L’a-t-on fait ?…

 

Conclusion

24 janvier 2020 :  6 + 1 + 4 = 11 … La Force

Ou : 2045 = 11 … La Force

2 + 4 + 1 + 2 + 2  = 11 … la Force

La Force, c’est la maîtrise de soi ; et quand on est maître de soi, on parvient à surmonter les circonstances. C’est la force intérieure qui permet de ne pas être victime des multiples situations dans lesquelles on se trouve.

Sur cette Lame, on voit une femme dompter un lion. La force dont il est question, est faite de douceur, de persuasion, de tact, de grâce.

Car la vraie force n’est pas la violence. Elle ne revendique rien. Elle ne se révolte pas. Elle est courageuse, mais ni violente ni agressive.

Avec cette carte qui domine cette première partie de lunaison, on est invité à se servir de cette force intérieure

* soit pour vivre une situation stable et solide,

* soit pour trouver en soi le courage et la volonté dont on a besoin pour contrôler une situation difficile et ainsi pouvoir dominer des circonstances pénibles.

Cette Force, elle est en soi, malgré la détresse de certains.

Il suffit de la laisser vivre, de la laisser recouvrir et effacer ce voile noir de division qui voudrait se dresser entre les uns et les autres.

Je le dis souvent :

Chacun de nous est une cellule de conscience. Nous sommes connectés à l’Univers, et au monde. Changeons. Nous d’abord. Et le monde changera.

 

 

Tous droits réservés  Jacqueline Boilot  – janvier 2020

Site : http://www.jacquelineboilot.com/     

 

Si vous voulez être averti/avertie par mail de la parution de mes lunaisons, recopiez votre adresse électronique dans la case « pour rester informé » à droite de la publication sur le blog  … mais vérifiez bien : à chaque lunaison je reçois des adresses erronées qu’il m’est donc impossible d’intégrer à la liste des abonnés..

 

Vous pouvez aussi consulter  ma Page Facebook sur laquelle je suis présente plusieurs fois par semaine : https://www.facebook.com/alloallomercure/   pour des explications plus détaillées.

Share