La Nouvelle Lune du 13 juin 2018

Cette Nouvelle Lune se fait à 22° 44 Gémeaux dont le degré symbolique explique :

« Trois oisillons dans un nid haut perché dans un arbre »

Dominante : croissance de processus spirituellement actifs dans un esprit relativement intégré

Les oiseaux sont des forces spirituelles, … ou du moins un aspect haut et libre de l’esprit.

On nous parle ici d’un processus qui doit mener à une compréhension profonde de l’existence.

Mais il ne s’agit que d’oisillons en haut d’un arbre, prêts à s’envoler vers le ciel, de bébés qui veulent découvrir le monde, un peu comme ces Gémeaux de la lunaison  tellement curieux de tout et avides de capter toutes les informations qui passent.

Sommes-nous ces bébés, pas encore adultes, prêts à s’envoler vers un monde nouveau ? … mais pas encore assez matures pour prendre leur autonomie et comprendre que les désirs aveugles sont à changer en une harmonisation des instincts naturels si l’on choisit une  évolution créative ? …

 

Une Nouvelle Lune Gémeaux le 13 juin 2018 à 19 h 44 TU

(21 h 44 en France)

Ascendant 22° Sagittaire pour Paris

Lunaison dans l’énergie des Gémeaux

un signe d’Air mutable et yang

Pas de Feu

Lunaison en sesqui-carré à Mars – Noeud Sud

en quinconce à Lune Noire Pluton

toujours dissonante à l’axe des Nœuds lunaires

(par semi et sesqui-carré)

Mercure, maître de Lunaison, vient juste de rentrer en Cancer.

Il est sextile exact à Uranus

et carré exact à Chiron

Vénus rentre en Lion deux heures après.

 

 

Au moment de la Nouvelle Lune, l’astre de nuit n’est pas visible par nous les Terriens. Et pourtant son influence est très forte sur la planète, que ce soit pour les êtres humains, ou les animaux et la végétation.

Quand on est en phase de Nouvelle Lune, les deux luminaires, Soleil et Lune, sont conjoints. Principe du Masculin et principe du Féminin unis. Une impulsion est donnée, peut-être un peu confuse au départ.

C’est pourtant bien le moment de poser une intention, de lancer une initiative particulière (dans le domaine du thème natal où tombe cette lunaison) et de démarrer une nouvelle expérience, un nouveau projet, qui pourra émerger au fur et à mesure qu’avancera cette première phase de lunaison. Jusqu’à la prochaine Pleine Lune du  28 juin.

 

Avec cette Nouvelle Lune en Gémeaux,

il est normal qu’on ait envie d’entendre la brise fraîche et légère qui annoncera bientôt l’été. C’est un vent de légèreté qui incite à la communication, au dialogue, aux échanges de toutes sortes, aux courses à faire pour préparer l’été, toutes les activités chères à ce signe de la fin du printemps qui prépare le passage. Certes …

Mais justement, comme le Gémeaux est un signe dit « mutable », il appelle aussi à plus de souplesse pour adapter et ajuster certains paramètres de façon à mieux diffuser (énergie Gémeaux) avec le moins de superficialité possible, face à toutes les difficultés rencontrées.

 

Tous les quinconces qui ont traversé le ciel planétaire ces derniers temps, dont j’ai abondamment parlé sur ma Page Facebook, étaient bien une invitation à accepter cette Nouvelle Lune qui va demander plus que jamais de s’adapter … et de voler de ses propres ailes comme le rappelle le degré sabian.

 

C’est Mercure, maître de Lunaison, qui depuis les Gémeaux, a fait le plus de quinconces

Et c’est bien une dynamique mentale nouvelle qu’il a fallu initier depuis qu’il a fait sa conjonction supérieure avec le Soleil le 6 juin.

Mais pour cette Lunaison, il vient juste de rentrer en Cancer

La parole est désormais à la tendresse.

Quelques heures avant cette NL, à midi TU, il a formé un sextile croissant avec Uranus qui lui permet de s’exprimer

Mais il est aussi en carré exact avec Chiron. (nouveau besoin de communiquer)

Et l’opposition à Saturne qui sera exacte le 16 juin lui demande de trouver un équilibre entre l’Enfant et l’Adulte en soi (axe Cancer Capricorne), entre les émotions à fleur de peau et le rôle social qu’on a à jouer, entre le besoin de chaleur et de tendresse et le sens des responsabilités du jeu social.

L’opposition à Pluton qui viendra juste après, le 23 juin, insistera pour mettre les choses au clair et  prendre conscience des limites à poser

 

Mais pour cette lunaison, c’est Mars qui attire toute l’attention !

1  – Le 8 juin, Mars a croisé le Nœud Sud

C’est un transit qui s’accompagne de fatigue et de lassitude, … peut-être de découragement. Il ne faut surtout pas en minimiser l’impact et essayer de comprendre et de donner du sens à ce qui arrive.

Cette rencontre Mars/Nœud Sud peut prendre plusieurs formes : soit mettre un terme définitif à un type d’action qui n’apporte rien pour son évolution ; soit mettre en action un travail qui va permettre la libération d’une addiction ; soit oser initier une dynamique qui faisait peur jusque là.

C’est autour du 16 mai que Mars avait fait son carré avec Uranus (Mars rentrait en Verseau chez Uranus, et Uranus rentrait en Taureau) … donc un carré très fort,  préfigurant une course d’obstacles et d’imprévus, éventuellement de disputes avec l’entourage. Il a fallu refréner ses élans pour ne pas céder à des actes impulsifs.

Plus que jamais, dans cette conjonction avec le Nœud Sud, il est demandé de ne pas se laisser emporter par la colère ou une agressivité incontrôlable. Mais c’est un réel défi : on peut se trouver découragé devant l’inanité de tout effort personnel. Ou bien, on peut ne pas disposer des éléments de choix objectif. D’où une confusion ou des risques d’actes incontrôlés qu’il vaudra mieux essayer de comprendre plutôt que de combattre (je rappelle qu’en même temps, et successivement, on a eu le 6 juin, Mercure carré Neptune, et le 7 juin, Soleil carré Neptune, aspects qui incitaient à se dégager de flous un peu trop envahissants)

 

Piste de réflexion secondaire qui peut concerner certains d’entre nous : la précédente rétrogradation de Mars en Verseau s’est faite en 1971 ; y a-t-il le poids d’un passé qui remonterait à cet été 1971, dont il faudrait peut-être maintenant songer à se délester ?…

 

2  – Et puis, Mars va démarrer bientôt sa rétrogradation.

C’est un évènement qui revient tous les deux ans et deux mois. C’est important puisque c’est une opportunité qui nous est offerte de réorienter sa façon de faire (la dernière rétro s’est faite entre avril et fin juin 2016 entre début Sagittaire et fin Scorpion)

Cette fois, Mars rétrograde sur le Nœud Sud

Avec un point fort :

* L’opposition de Mars au Soleil du 27 juillet le jour exact de la Pleine Lune qui se fait avec éclipse de Lune Nœud Sud à 4° 46 Verseau.

Dans mon Cahier pédagogique sur Mars, j’explique, page 34, la cohérence de cette rétrogradation dont la boucle a commencé fin mai, et qui demande un travail de réflexion et un changement fondamental qui devient de plus en plus nécessaire dans sa façon d’agir.

* Écho de l’éclipse de Soleil Nœud Sud du 15 février.

* Et pour regarder vers sa dimension royale (Nœud Nord en Lion) avec une force intérieure assez forte pour se libérer d’un dysfonctionnement trop superficiel.

 

Évidemment cette rétrogradation met le doigt sur le carré Mars / Uranus qui se répètera 3 fois :

16 mai – 2 août  – et 18 septembre 2018

Si quelque chose d’important s’est fait dans votre vie autour de la mi-mai, à propos de votre activité ou de votre manière de faire, c’est une alerte personnelle qui vous apporte l’opportunité de changer consciemment quelque chose dans votre action, et de vous engager vers une nouvelle optique de fonctionnement.  Avec remise en cause personnelle et réflexion début août et possible solution à la mi-septembre.

Chacun décide, et si le virage demandé n’était pas négocié adroitement (hésitation à changer, ou refus catégorique de sortir d’un schéma de fonctionnement qu’on connait, ou bien encore certitude que c’est l’autre qui se trompe,… bref, tout ce qui peut empêcher de mettre les mains dans le cambouis) Uranus pourrait bien envoyer une décharge  aussi soudaine qu’imprévue, pas forcément agréable.

 

Positivement, ce triple carré peut engager un processus de renouvellement pour une libération et un lâcher-prise de plus en plus nécessaire.

La conjonction qui se fait en même temps avec le Nœud Sud, indique bien qu’il s’agit d’évacuer et d’épurer de vieilles images auxquelles on tient, mais qui ne sont plus valables. Et les deux mois de rétrogradation indiquent en même temps qu’il faut du TEMPS pour intégrer ce qui doit l’être.

N’oublions pas que Jupiter redevient direct le 10 juillet, tout prêt à mettre en place de nouveaux plannings dans la gestion de sa participation sociale.

Là-haut, question TIMING, ils sont vraiment au point !

 

Pour revenir à cette lunaison :

Vénus, l’amoureuse de Mars, rentre en Lion, deux heures après la Nouvelle Lune.

Forcément, elle ne passe pas inaperçue dans un signe où elle exprime avec chaleur et passion un idéal affectif noble et généreux. Exigeante et sensible au comportement de l’Autre qu’elle a besoin d’admirer et qui doit être aux petits soins pour elle. Mais quelle loyauté en retour !

Elle va donc croiser le Nœud Nord

Et c’est très complexe. Car l’ambigüité qui se développe peut remettre en cause des attachements construits sur l’illusion  ou la peur de la solitude. Comme il s’agit du Nœud Nord, toute décision affective prise à ce moment-là sera vécue de façon positive (même en cas de séparation) car il y aura volonté délibérée d’une relation plus authentique.

 

Une carte vraiment très riche, puisqu’on a encore :

* le semi-carré Uranus-Neptune qui se reforme pour la 4ème fois (aspect d’astrologie mondiale symbolisant un bouleversement à long terme, …. mais apparemment, on a les oreilles bouchées)

* Neptune commence sa rétro (nuit du 18 au 19 juin)

* On a un Grand Carré Jupiter-Nœud Sud-Uranus-Nœud Nord

* Le 21 juin, le Soleil passe en Cancer pour fêter le solstice d’été avec toutes les Fêtes de la musique qui se célèbreront un peu partout

* L’opposition Vénus-Mars, importante quand même puisque conjointe à l’axe des Nœuds,

… que des aspects puissants sur quelques jours …dont je parlerai dans ma Page Facebook. Ce serait beaucoup trop long ici.

 

Conclusion

13 juin 2018 : 13 + 6 + 2018  = 4 + 6 + 11 = 21 … le Monde

Ou 4 + 6 + 2 =  12 … le Pendu

Ou 2037 = 12 … Le Pendu

Serait-ce la vision des choses qui est en train de s’inverser, avec des perspectives qui deviennent autres. Un nouveau choix de vie qui déboucherait sur la pleine réalisation du Monde ?

Pour l’instant, le Pendu est attaché par un pied. Pas bloqué. Juste en attente. Il a juste besoin d’une pichenette pour se mettre en marche. Il cherche encore au fond de lui les énergies intérieures qui vont le ressourcer et préparer les étapes suivantes.

Il faut peut-être un peu chercher où est la faille en soi, une faille qui empêche encore de remettre en question la situation et d’évoluer

Le temps n’est pas encore venu. Un temps d’arrêt est nécessaire et c’est le sens de ces rétrogradations qui arrivent  (jusqu’à 5 pour la fin juin, Pluton, Neptune, Saturne, Jupiter et Mars)

Mais le Pendu n’est pas inquiet. Il est serein. Il attend, c’est tout …

 

 

Tous droits réservés  Jacqueline Boilot  – juin 2018

Site : http://www.jacquelineboilot.com/

 

Si vous voulez être averti/avertie par mail de la parution de mes lunaisons, recopiez votre adresse électronique dans la case « pour rester informé » à droite du blog  … mais vérifiez bien : à chaque lunaison je reçois des adresses erronées. Si vous ne recevez pas de petit mot personnel de bienvenue dans les trois jours, recommencez votre inscription !

 

Vous pouvez aussi consulter  ma Page Facebook sur laquelle je suis présente plusieurs fois par semaine : https://www.facebook.com/alloallomercure/ pour des explications plus détaillées.